youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Socialist Fightback Student Web banner

La crise s'en vient-elle au Canada? De nouvelles données économiques laissent présager un écroulement de type européen.

Chaque jour, de nouveaux chiffres et informations viennent confirmer le déclin d'une Europe sombrant dans une quasi-anarchie. Autrefois reconnus pour la relative stabilité du niveau de vie qu'ils assuraient à leurs travailleurs, les pays européens sont poussés les uns après les autres dans la crise et l'austérité, avec pour conséquence des explosions de contestation populaire à travers le continent. Des rapports provenant de plusieurs institutions financières de premier plan révèlent que la vague de contagion s'étend rapidement au-delà de l'Atlantique et que le Canada, déjà dans une situation instable, pourrait être emporté.

Élection du Québec 2012: Jean Charest est défait, victoire des étudiant-e-s!

Pendant sept longs mois, les étudiant-e-s du Québec ont mené une vaillante bataille dans la rue contre la hausse des frais de scolarité imposée par le gouvernement libéral et ses lois anti-démocratiques. L'ancien premier ministre Jean Charest a déclenché l'élection comme un référendum portant sur qui dirige la société. Étaient-ce les étudiant-e-s et la «rue», ou était-ce le gouvernement et la soi-disante «majorité silencieuse»? Les résultats de cette élection montrent un rejet complet de l'agenda politique libéral et représentent, à bien des égards, une réelle victoire pour le mouvement étudiant.

Les leçons de la grève étudiante au Québec : Où en est le mouvement étudiant ?

Alors que cet article est écrit, la pression pour bloquer une rentrée des classes imposée par le gouvernement libéral semble être un échec. La plupart des votes de reconduction de grève déclenchés dans les universités et les collèges du Québec échouent, car une large majorité d'étudiants a voté pour un retour en classe. Le mouvement s'essouffle à mesure que les étudiants votent, à contrecœur, pour mettre fin à la grève. Cependant, bien que les perspectives soient sombres, tout n'est pas encore perdu. En effet, il s'agit d'un tournant décisif pour le mouvement et il est essentiel d'en apprendre les leçons pour l'avenir.

Le projet de loi 33 : un recul du rapport de force des travailleurs face au capital

Au Québec, le gouvernement libéral refuse obstinément de mettre en place une réelle commission d’enquête publique sur la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction. Il a finalement mis en place, le 18 octobre, une commission d’enquête sur la construction sous l’égide de la juge France Charbonneau. Cependant, cette commission demeure partiellement publique puisqu’elle prévoit de nombreuses consultations à huis clos.

Alors, que la population demande au gouvernement de faire la lumière sur les agissements des entrepreneurs de la construction, le gouvernement braque les projecteurs sur les travailleurs. Le «problème» du placement syndical, visé par le projet de loi 33, est une diversion tendant à mobiliser l’opinion publique et la détourner du vrai problème qu’est celui de la collusion entre le patronat et le gouvernement et celui de la corruption endémique qui est inhérente à l’économie capitaliste et à l’État.

Pour un front uni contre l’austérité!

Ce 2 mai dernier a été un énorme pas en avant pour le NPD au Québec; le parti a réussi à s’accaparer 59 sièges et à bâtir un réel momentum significatif dans la province. Cependant, nous faisons maintenant face à un gouvernement majoritaire conservateur qui de l’ordre de 4 milliards de dollars par an à l’intention d’attaquer les services sociaux; un programme d’attaques sauvages sur les travailleurs du secteur public et au niveau de vie de tous les travailleurs au Québec et au Canada.