Crédit : EU Civil Protection

La pandémie de coronavirus est un tournant de l’histoire mondiale. L’économie mondiale encaisse coup sur coup. Les systèmes de santé des pays capitalistes les plus avancés sont complètement dépassés, résultat de décennies d’attaques contre les conditions de vie de la population. L’horreur et l’inefficacité du capitalisme apparaissent au grand jour, même dans les pays où les populations jouissaient jusqu’alors d’une existence plus ou moins civilisée.

En Afrique, en Asie et en Amérique Latine, les conséquences d’une explosion massive de cas de COVID-19 seront catastrophiques.

Il n’est pas difficile de prédire les conséquences sanitaires de la COVID-19 en Afrique, où la majorité des pays n’ont pas de système de santé fonctionnel et où des millions de personnes sont plongées dans la famine, dans des bidonvilles surpeuplés sans accès aux soins ou à l’eau potable. Les conséquences économiques pourraient être encore plus dévastatrices que le virus lui-même, menant des dizaines de millions de personnes à la famine.

Cette situation est un résultat direct de l’impérialisme. Le joug colonial en Afrique et le pillage des ressources du continent pendant des siècles, par les pays impérialistes « civilisés », sont les causes directes du sous-développement du continent. La catastrophe imminente doit être imputée aux classes dirigeantes de Paris, Londres, Bruxelles, Lisbonne, New York et Pékin, ainsi qu’à leurs laquais sur le continent africain et au système capitaliste qu’ils défendent.

Le coronavirus en Afrique

Bien que le virus soit déjà présent sur le continent africain, avec ses 1,2 milliards d’habitants, les pays africains n’en ont pas encore vu les pires effets. Si la Chine et les pays occidentaux affichent aujourd’hui des statistiques beaucoup plus élevées que les pays africains, c’est principalement faute de tests et d’information en temps réel. En l’absence de dépistage de masse, de tests et d’identification des chaînes de contact, les nombres officiels sont assez inutiles.

L’Afrique du Sud, qui a le système de santé le plus avancé du continent, a produit 60 000 tests durant les trois premières semaines de la pandémie, plus de 87 000 jusqu’à présent, et a examiné 438 000 personnes.  Fin avril, le National Health Laboratory Service a indiqué avoir la capacité de procéder à 36 000 tests par jour [note : ceci ne veut pas dire qu’il effectuera chaque jour 36 000 tests]. C’est bien peu en comparaison avec les pays capitalistes avancés, mais c’est bien plus que les autres pays africains. Durant les mêmes trois semaines, le Nigéria (200 millions d’habitants) ainsi que le Kenya ont mené moins de 5 000 tests; le Zimbabwe et la Namibie ont effectué chacun 300 tests sur la même période.

De nombreux pays africains n’ont tout simplement pas les capacités de soigner des patients gravement atteints de la COVID-19. Au Kenya, il n’y a que 130 places et 200 infirmières en soins intensifs pour 50 millions de personnes; le Mali n’a que 37 places; la Somalie 15; 17 gouvernements dont l’Angola, la Côte d’Ivoire, le Mozambique et le Soudan du Sud ont indiqué à l’OMS ne disposer d’aucune unité de soins intensifs pour traiter les cas sévères de coronavirus. La situation est similaire dans de nombreux autres pays. Il n’y a que 13 respirateurs en Sierra Leone, et trois en République centrafricaine et au Liberia. Ajoutés au manque de logements salubres et d’installations sanitaires, ces chiffres rendent totalement absurde la stratégie « d’aplatissement de la courbe » en Afrique.

Aggravation de la misère

La pandémie de coronavirus n’amène rien de neuf en Afrique : on y trouvait déjà les taux de mortalité les plus élevés au monde. Chaque année, des millions de personnes meurent de problèmes de santé facilement évitables ou de maladies comme le VIH, la tuberculose, la malaria, la rougeole ou le choléra.

Les taux les plus élevés sont observés dans les pays d’Afrique sub-saharienne, où, selon l’OMS, près de 62% des décès sont imputables à des maladies contagieuses ou à des problèmes de nutrition. En comparaison, le taux mondial de morts dûs à ces problèmes n’est que de 23%. Ceci veut dire que, malgré une population très jeune par rapport à la moyenne mondiale, l’exposition à ces maladies et à la malnutrition provoque un affaiblissement du système immunitaire et de nouveaux problèmes de santé. Ceci pourrait mener à la maladie ou à la mort d’un nombre disproportionné de jeunes Africains suite à la COVID-19 comparé à la situation sur d’autres continents.

En 2015, 212 millions de cas de malaria ont été rapportés dans le monde, dont 429 000 morts. 90% de ces cas et 92% de ces décès se trouvent en Afrique. Aux États-Unis, la diarrhée ne provoque aucun décès; en Afrique, elle en est une des principales causes. Un autre agent mortel très fréquent en Afrique sont les infections respiratoires comme la pneumonie, la grippe, la bronchite et la tuberculose. Ces infections des poumons, virales ou bactériennes, sont la deuxième cause de mortalité en Afrique sub-saharienne.

Des millions de personnes meurent chaque année de ces maladies en Afrique. Mais ces morts peuvent être évitées. Les maladies diarrhéiques, par exemple, sont causées par des parasites que l’on trouve dans l’eau ou la nourriture sale. La malaria peut être évitée grâce à des insecticides permettant de tuer les larves de moustiques, ou avec des moustiquaires. Mais l’accès à des médicaments, qui permettraient de sauver des vies, est bloqué par les firmes pharmaceutiques uniquement intéressées par leurs profits : elles ne considèrent pas ces populations pauvres comme un marché suffisamment intéressant. En outre, les conditions dans lesquelles l’impérialisme maintient l’Afrique rendent impossible l’accès à l’eau potable, à la nourriture et à une hygiène correcte. C’est ainsi que des maladies qui ont été éliminées ailleurs continuent de tuer chaque année des millions de personnes en Afrique.

C’est dans ce contexte que la COVID-19 surgit en Afrique. Il ne fera qu’aggraver la misère de la population. La République démocratique du Congo souffre actuellement de sa dixième apparition d’Ebola, qui a dévasté le pays. L’épidémie actuelle est la deuxième épidémie la plus grave de l’histoire du pays. À cela s’ajoute une épidémie de rougeole, encore plus mortelle. Avec l’épidémie de coronavirus, même un faible nombre de contaminations mettrait à genoux un système de santé inexistant. Les coûts humains seront terribles.

Une des raisons de la lenteur apparente de la propagation du virus en Afrique est simplement le maigre volume d’échanges commerciaux internationaux (en comparaison au reste du monde). Les gens se déplacent également moins. Même lorsque la transmission commence au sein de communautés, elle pourrait s’effectuer plus lentement car la circulation initiale entre les villes et les villages est moins fréquente que dans d’autres parties du monde. Certains pays comme la République centrafricaine, par exemple, n’ont pas de ligne aérienne domestique ni de chemin de fer, ni même de réseau d’autobus. Si cela peut temporairement retarder la propagation du virus, la catastrophe n’en est que repoussée. Le virus pourrait dévaster des bidonvilles densément peuplés et les zones les plus habitées, tout en se propageant lentement entre villes et villages. La pandémie pourrait durer beaucoup plus longtemps en Afrique, continuant à y causer des ravages bien après son élimination ailleurs dans le monde. Elle deviendra une maladie mortelle de plus à dévaster le continent, tuant des millions de personnes année après année, sans que le reste du monde y prête attention.

L’habituel racisme et les calculs politiques

L’échange entre deux scientifiques français lors d’un débat télévisé suggérant que l’Afrique, faute d’infrastructures suffisantes, serait le lieu idéal pour tester un nouveau vaccin contre le coronavirus a soulevé une vague d’indignation sur le continent.

Jean-Paul Mira, chef de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Cochin de Paris a ainsi affirmé :

 « Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique, où il n’y a pas de masques, pas de traitement, pas de réanimation, un peu comme c’est fait d’ailleurs sur certaines études avec le sida, où chez les prostituées : on essaie des choses parce qu’on sait qu’elles sont hautement exposées. »

Camille Locht, directeur de recherche à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) abonde dans son sens :

« Vous avez raison, d’ailleurs. On est en train de réfléchir en parallèle à une étude en Afrique avec le même type d’approche. »

Ces propos ont déclenché indignation et colère en Afrique. « L’Afrique n’est pas un laboratoire », « les Africains ne sont pas des cobayes » ont roulé en boucle sur les réseaux sociaux. Ce contre-feu a forcé le directeur général de l’OMS, Tedros Ghebreyesus, à condamner ces propos racistes.

Vu l’ignoble histoire des expérimentations médicales réalisées en Afrique par les pays impérialistes au cours du siècle passé, les réactions de nombreux Africains n’ont rien de surprenant. Pendant des décennies, les pays africains ont été le terrain d’essais cliniques menés par de grandes entreprises pharmaceutiques et qui ont eu des résultats dévastateurs.

En voici quelques exemples :

Dans les années 1990, l’entreprise Pfizer a testé le médicament Trovanin lors d’essais cliniques contre la méningite au Nigéria (à Kano). Ces essais ont provoqué la mort de 11 enfants, et ont causé la perte de la vue, de l’ouïe et des lésions cérébrales à un nombre inconnu d’autres enfants. Une enquête a fini par conclure que le médicament avait été administré illégalement, sans autorisation de la part du gouvernement nigérian et sans consentement des parents. Ce comportement criminel des multinationales a provoqué une augmentation des cas d’autres maladies traitables, comme la polio, car les habitants de Kano ne faisaient plus confiance au système de santé et ont refusé de se faire vacciner.

En 1994, au Zimbabwe, le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies (United States Centre For Disease Control and Prevention) a financé des tests pour le traitement antirétroviral AZT sur 17 000 femmes testées positives au VIH, sans leur expliquer les dangers potentiels ni les effets attendus du traitement. On estime qu’environ 1 000 nouveau-nés ont contracté le VIH et le sida alors qu’il existait déjà un traitement permettant de sauver des vies.

On peut aussi citer les expériences de stérilisation menée par le docteur allemand Eugen Fischer sur les femmes Herero de Namibie, pour empêcher les mariages « inter-raciaux ». Il a ensuite rejoint les nazis et mené ses expériences sur des Juifs, en camps de concentration. De nombreux autres cas semblables ont eu lieu en Afrique au cours du siècle passé.

Le directeur de la Banque mondiale a suggéré que la dette des pays les plus pauvres pourrait être suspendue, à condition qu’ils mettent complètement en œuvre des politiques économiques de libre marché, en levant les réglementations et les subventions d’État. Ironiquement, les pays impérialistes font de plus en plus appel à l’intervention étatique en période de crise, tandis qu’ils continuent de vanter aux pays les moins développés les mérites du libre marché qui a incroyablement échoué! Mais cette injonction de la Banque mondiale n’a rien d’étonnant. Elle est une des premières institutions impérialistes qui devrait être sortie du continent africain.

La domination impérialiste est la cause de la catastrophe en Afrique

La lutte contre le coronavirus en Afrique doit être une lutte contre l’impérialisme. Les ravages que la domination impérialiste a causés sur le continent l’ont laissé encore plus vulnérable.

Lors de la crise économique de 1974 et de la chute des prix des marchandises, de nombreux pays ont assisté à la contraction de leur économie et à l’augmentation de leur dette publique. Les politiques menées par Thatcher au Royaume-Uni et Reagan aux États-Unis ont permis au FMI et à la Banque mondiale d’imposer leurs « programmes d’ajustement structurel » dans les pays affaiblis économiquement. Ces politiques économiques, loin d’être bénéfiques aux populations, ont permis de libéraliser les marchés dans l’intérêt des multinationales.

Au cours des quatre dernières décennies, les « programmes d’ajustement structurel » de ces institutions ont grandement limité les possibilités de dépenses publiques de ces pays, laissant peu de fonds disponibles pour des services de « luxe » comme la santé. En échanges de prêts, ces pays – déjà plongés dans des situations catastrophiques – ont été contraints de mettre en œuvre des mesures d’austérité et des privatisations à grande échelle. Ces « conditions », c’est ainsi qu’elles sont appelées, ont coincé ces pays dans le piège de la dette, d’où ils ne sortiront pas tant que le capitalisme sera en place.

Les programmes du FMI et de la Banque mondiale imposent souvent des plafonds sur les dépenses publiques, et obligent ainsi les gouvernements à couper dans les postes et les salaires du secteur de la santé. Les faibles salaires ainsi que l’absence de sécurité d’emploi poussent les travailleurs de la santé à émigrer, provoquant ainsi un « exode des cerveaux ». Ces mesures ont un impact négatif sur la main d’œuvre du secteur de la santé, altérant la qualité et la quantité du personnel médical. En 2007, le FMI, reconnaissant l’impact négatif qu’il avait provoqué, a modifié sa politique de plafonnement des salaires et a affirmé qu’elle n’était plus en vigueur. Néanmoins, ces plafonds restent une mesure présente dans les récents programmes du FMI.

Le FMI a aussi appuyé le « retrait de l’État » des systèmes de soins, une autre façon de dire que l’État a été obligé d’abandonner des services et de les laisser aux mains d’entités contrôlées par les impérialistes. Dans de nombreux cas, les services de santé sont souvent administrés par des ONG occidentales et des organisations d’ « aide » internationale; les gouvernements africains n’y jouent presque aucun rôle. Ce qui est décrit comme de l’ « aide » pour l’Afrique est en réalité partie intégrante des processus impérialistes. Les programmes d’ajustement structurel ont été mis en œuvre comme condition à l’ « aide » fournie à l’Afrique et à l’Amérique latine depuis les années 1980.

Des conséquences dévastatrices

L’épidémie de choléra de 2008 au Zimbabwe est un exemple des conséquences dévastatrices de ces programmes impérialistes imposés à l’Afrique.

L’épidémie est d’abord apparue dans les bidonvilles surpeuplés de Chitungwiza, dans la métropole de Harare. Elle s’est ensuite répandue dans les zones semi-urbaines et rurales du Zimbabwe, avant de franchir les frontières de l’Afrique du Sud, du Botswana, de la Zambie et du Mozambique. Durant 10 mois, la maladie a infecté plus de 98 000 personnes et en a tué des milliers. Ce fut l’épidémie de choléra la plus mortelle et la plus étendue de l’histoire du continent africain.

Le choléra est l’une des maladies infectieuses les plus redoutées en Afrique. Il s’agit d’une infection bactérienne aiguë de l’intestin, causée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par certaines souches de la bactérie vibrio cholerae. La maladie se caractérise par une diarrhée aqueuse aiguë et des vomissements. Dans les cas les plus graves, elle peut être mortelle en raison d’une déshydratation rapide. Si la personne n’est pas soignée, le taux de mortalité dû au choléra peut atteindre 50%.

Le déclenchement de l’épidémie est une conséquence directe du programme d’ajustement structurel du FMI, qui a été mis en œuvre par le régime de Mugabe dans les années 1990. Les réformes économiques des années 1990 ont entraîné une détérioration des conditions de vie dans les villes. En raison du chômage dû aux coupes budgétaires massives, les bidonvilles de Harare ont accueilli, dans un espace limité, un nombre croissant de personnes qui s’étaient tournées vers l’économie informelle pour échapper à une extrême pauvreté. La dégradation des normes de santé publique, la surpopulation des logements et l’accès limité à l’eau potable et aux installations sanitaires se sont généralisés dans les bidonvilles. Le système d’approvisionnement en eau s’est effondré et, avec lui, l’hygiène de base. Faute de main-d’œuvre et d’infrastructures pour faire face à la pandémie, le système de santé s’est effondré, ce qui a permis à la maladie de se propager de manière incontrôlée pendant dix mois. Elle a ensuite été suivie d’une deuxième vague d’infections qui a duré jusqu’en juin 2011.

Les décès et les infections étaient tout à fait évitables. Avec une simple réhydratation orale, la mortalité peut tomber sous les 1%. Mais la privatisation et la déréglementation de l’approvisionnement en eau et des systèmes d’assainissement ont rendu l’accès à l’eau inabordable, ce qui a conduit les pauvres à dépendre de sources d’eau impropres à la consommation

La lutte contre le coronavirus est une lutte contre l’impérialisme

La domination écrasante de l’impérialisme entraîne une exploitation accrue des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, et rend les pandémies, les guerres, les catastrophes climatiques, les invasions de criquets et les famines inévitables. Des quantités astronomiques de richesses sont transférées de ces pays vers les pays impérialistes. La domination de l’impérialisme est aujourd’hui encore plus grande que par le passé. L’ancien régime militaro-bureaucratique des maîtres coloniaux a été remplacé par la domination d’une poignée d’États impérialistes par le biais du marché mondial.

La seule façon de sortir de ce cauchemar barbare que vivent 1,2 milliard de personnes en Afrique est de lutter contre l’impérialisme. Mais la lutte contre l’impérialisme est la même que la lutte contre le capitalisme dans son ensemble. En Afrique et ailleurs dans l’ancien monde colonial, le vrai visage du système apparaît. Il doit être renversé par une révolution socialiste. Cette tâche repose sur les épaules de la classe ouvrière, en particulier celle d’Afrique du Sud, du Nigeria et d’Égypte. Le rôle spécifique des travailleurs dans les processus productifs implique que seule la classe ouvrière est capable de développer une conscience socialiste. La bourgeoisie africaine, faible et dégénérée, est trop dépendante des capitaux étrangers et de l’impérialisme pour faire avancer la société. Elle est pieds et mains liée au capital étranger et à la classe des propriétaires terriens, avec laquelle elle forme un bloc réactionnaire qui représente un obstacle au progrès.

Le prolétariat peut tout à fait être victorieux dans un pays africain et, en commençant les tâches bourgeoises-démocrates de la révolution, passer immédiatement aux tâches socialistes. Mais il n’est possible de conserver le pouvoir qu’en étendant la révolution aux pays capitalistes avancés. La crise actuelle du capitalisme crée des conditions favorables à l’extension de la révolution partout dans le monde. En fin de compte, la victoire finale sur l’impérialisme ne peut avoir lieu qu’avec le renversement du capitalisme dans les pays impérialistes.