youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Socialist Fightback Student Web banner

La victoire de Donald Trump et la faillite du « moindre mal »

Manifestation contre TrumpLa victoire de Donald Trump a envoyé une onde de choc aux quatre coins du monde. Le Washington Post évoque un événement « cataclysmique ». Il faut dire que ce quotidien américain avait, des mois durant, annoncé une « confortable » victoire de Clinton, comme l’avaient d’ailleurs fait la plupart des « experts » des autres grands médias. Clinton était leur candidate, la candidate de l’establishment. Elle avait le soutien des sections décisives de la classe dirigeante américaine, qui considéraient le milliardaire populiste et réactionnaire Donald Trump comme trop instable, imprévisible et provocateur.

La faillite du système politique des États-Unis

trump clinton speechesLe 8 novembre prochain, les citoyens américains iront choisir leur président – un raciste ou une menteuse ; un milliardaire ou une corrompue. On ne peut pas vraiment parler d’un choix. Les Démocrates et les Républicains sont « les deux ailes droites du parti des propriétaires », comme l’écrivait Gore Vidal. Ce sont deux partis bourgeois. Quel que soit le résultat, les jeunes et les travailleurs enverront, une fois de plus, un ennemi de classe à la Maison-Blanche.

 

La trahison de Bernie : la lutte pour le socialisme se poursuit!

Avec le couronnement d’Hillary Clinton lors de la Convention nationale démocrate (CND) à Philadelphie, la boucle semble bouclée pour le cycle électoral de 2016. Elle a entamé la course comme tête d’affiche il y a douze mois, et elle est maintenant officiellement la candidate du parti. Cependant, ce que nous venons de traverser n’est pas une boucle, mais un développement en spirale contradictoire. Le fleuve de la politique étasunienne a débordé, et même si la capitulation de Sanders a temporairement amené un reflux, son cours est à jamais transformé.

Amérique latine : polarisation dans un contexte de crise

Marcha_hacia_el_Palacio_de_Justicia_de_Maracaibo_-_Venezuela_11

La victoire de Mauricio Macri en Argentine et le vote en faveur de la destitution de Dilma Rousseff nous étaient présentés comme étant l’expression d’un certain « virage à droite en Amérique latine ». Le Financial Times parlait même de « chute des populismes » alors que « l’Europe et les États-Unis y étaient séduits ». Mais qu’en est-il vraiment ?

Bernie en berne ? La voie vers la révolution

bernieLa décision décevante de Sanders, soutenir Clinton, est loin d’être le dernier chapitre de la lutte pour le socialisme. Que ceux qui ont été réveillés par sa campagne ne soient pas découragés : à bien des égards, l’expérience de ces derniers mois n’était que le début. Le profond mécontentement qu’a ramené à la surface l’élection de 2016 est une preuve flagrante qu’aux États-Unis la révolution pointe à l’horizon, même si cela ne se produira pas la semaine ou l’année prochaine.