youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Socialist Fightback Student Web banner

La présentation du film No Volverán est un grand succès

Le 5 mars 2009 au Cinéma du Parc à 19h00, la présentation du documentaire No Volverán a finalement eu lieu. Ce film a transporté le public dans le coeur de la Révolution vénézuélienne, en présentant le mouvement pour l'occupation d'usines. Le film visite les conseils et les dirigeants communautaires, et la ferveur des élections présidentielles de 2006 montre qu'il y a un mouvement qui cherche la défaite du capitalisme. Le film rapproche ainsi le public de ce qu'est réellement le socialisme du vingt et unième siècle et comment il change la vie des gens.

Le coup d'Etat au Honduras

Cet article date du lundi 29 juin.

Tôt dans la matinée du dimanche 28 juin, 200 soldats ont encerclé la résidence du président du Honduras, Manuel Zelaya. Après 20 minutes de combat avec les 10 membres de sa garde personnelle, le président a été arrêté. Il a alors été expulsé par avion au Costa Rica, où, dans une conférence de presse, il a dénoncé un coup d’Etat à l’instigation « d’oligarques de droite ». Il a également appelé la population à se mobiliser, dans la rue, et promis de revenir.

Venezuela : nationalisations dans le secteur sidérurgique

Le 21 mai dernier, lors d’une réunion avec des travailleurs du secteur industriel de l’Etat de Guyana, au Venezuela, le Président Chavez a annoncé la nationalisation de plusieurs entreprises des secteurs du fer et de l’acier : Orinoco Iron, VENPRECAR, MATESI, COMSIGUA, TAVSA et Cerámicas Carabobo. Il a aussi ratifié la convention collective de l’entreprise CVG Ferrominera. Enfin, Chavez a annoncé la création d’un complexe industriel sidérurgique public, en indiquant que « ces entreprises doivent être placées sous contrôle ouvrier ».

Solidarité avec le mouvement des masses iraniennes – Déclaration du Courant Marxiste Révolutionnaire (Venezuela)

Solidarité avec le mouvement des masses iraniennes – Déclaration du Courant Marxiste Révolutionnaire (Venezuela)
En réponse aux récentes interventions du Président Hugo Chavez sur la
situation en Iran, nos camarades vénézuéliens ont publié cette déclaration. Ils y expliquent pourquoi nous soutenons le mouvement de masse en cours et quelle est la véritable nature du régime iranien.

En Iran, il y a une situation où l’opposition dénonce une fraude électorale, où ces accusations reçoivent le soutien des puissances impérialistes, et où des manifestations de rue contestent les résultats. On comprend que des révolutionnaires, au Venezuela, puissent y voir un parallèle avec des situations bien connues de la révolution bolivarienne. Plus d’une fois, au Venezuela, l’oligarchie contre-révolutionnaire – appuyée par l’impérialisme – a essayé de créer une situation de chaos, dans les rues, en criant à la « fraude électorale », dans le but de discréditer les victoires électorales de la révolution (lors du référendum révocatoire de 2004, lors des élections présidentielles de 2006, lors du référendum constitutionnel de 2007, etc.)

Cependant, un tel parallèle ne correspond pas à la réalité.

Celia Hart Santamaría (1963 - 2008)

Nous venons d’apprendre la nouvelle tragique du décès, dans un accident de voiture, de Celia Hart Santamaría, 45 ans, et de son frère Abel Hart Santamaría, 48 ans. Celia et Abel étaient les enfants d’Armando Hart Dávalos et d’Haydée Santamaría.

L’accident s’est produit dans l’après-midi du dimanche 7 septembre, dans le quartier Miramar de la Havane, à Cuba. La voiture a heurté un arbre. Il se pourrait que cet accident soit lié aux dégâts provoqués par le cyclone qui a récemment traversé l’île. Les corps de Celia et Abel ont été inhumés, le lundi 8 septembre, au cimetière Columbus.

Celia Hart était issue d’une famille de révolutionnaires cubains qui, aux côtés de Fidel Castro, ont lutté contre la dictature de Batista. Célia était connue pour sa défense passionnée de l’héritage politique et révolutionnaire de Léon Trotsky. Ses nombreux articles, sur ce sujet, ont été publiés sur les sites internet de la Tendance Marxiste Internationale, et ont provoqué d’intenses débats aussi bien à Cuba qu’à l’échelle internationale.