youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

revolutionary ideas FB bannerFR

États-Unis, Corée du Nord : vers une guerre nucléaire?

Coree USA« Rocket-Man » (homme-fusée), « vieux fou » : les insultes fusent entre Donald Trump et Kim Jong-un. Le 8 août dernier, au lendemain du 72e anniversaire des bombardements nucléaires de Hiroshima et Nagasaki, Donald Trump a promis à la Corée du Nord « le feu et la fureur tels que le monde n’en avait jamais vus » en cas de « nouvelle menace » contre les États-Unis. Pyongyang lui a répondu le 29 août, puis le 15 septembre, par le lancement de deux missiles de très longue portée, capables de toucher la Californie. Le 23 septembre, des bombardiers américains ont longé la côte orientale au nord du pays, du jamais vu depuis la Guerre de Corée. Sommes-nous au bord d’un conflit nucléaire ? Rien n’est moins sûr.

Le massacre des Rohingyas et le vrai visage du libéralisme

RohingyasEn Birmanie (Myanmar), des milliers de Rohingyas ont été massacrés, ces derniers mois, au cours d’une brutale campagne de nettoyage ethnique orchestrée par le gouvernement. Au sommet de cette horreur, on trouve donc l’ex-égérie des médias occidentaux, la lauréate du prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, qui est à la fois Conseillère spéciale de l’Etat birman, porte-parole de la présidence et ministre des Affaires étrangères.

Corée du Sud : manifestations de masse et crise de régime

En octobre dernier, la Corée du Sud a plongé dans l’une des plus profondes crises politiques de son histoire. Des manifestations se sont tenues toutes les semaines, rassemblant plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues de Séoul (un million à la mi-décembre), pour demander le départ de la présidente Park Geun-hye. Il s’agit des plus importantes manifestations dans ce pays depuis la fin des années 1980, lorsque la mobilisation des travailleurs et des étudiants avait renversé la dictature militaire en place depuis 1961.

 

Notre camarade emprisonné en Indonésie : appel aux dons et aux messages de solidarité !

#FreeHakamAndAgusLe matin du 7 avril 2016, notre camarade Abdul Hakam, un membre de « Militan Indonesia » — la section indonésienne de la TMI — a été envoyé en prison pour trois mois à cause de son activité syndicale. Hakam est un syndicaliste du FSPBI-Kasbi Gresik, un des rares syndicats radicaux en Indonésie.

Tout comme Agus Budiono, qui est aussi du FSPBI-Kasbi Gresik, il tombe sous le coup de la « Loi contre les actes déplaisants ». Leur seul crime est d’être du côté des travailleurs.

 

Chine : de violentes manifestations révèlent l'instabilité du régime

Des milliers de manifestants se sont violemment heurtés aux autorités dans le district du Linshui, à l'est du Sichouan. Les manifestants demandaient à ce que le tracé d'une future ligne de TGV passe par Linshui. Ils ont été accueillis par des matraques et des balles en caoutchouc, on signale plusieurs centaines de personnes blessées par la police et les unités tactiques. Le fait que les autorités aient eu la main si lourde sur la répression est révélateur de l'instabilité du régime.