youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Socialist Fightback Student Web banner

Rejeter l’union nationale, démasquer les impérialistes, défendre nos libertés démocratiques

Les attentats qui ont frappé Paris ont suscité la révulsion et la colère de millions de jeunes et de travailleurs. Trois jours plus tard, ces sentiments sont loin de s’éteindre. La peur de nouveaux attentats est palpable. Elle est nourrie par l’incapacité manifeste des autorités à empêcher le carnage de vendredi soir, dix mois après l’attaque visant Charlie Hebdo. Ce week-end, les rues quasi désertes des grandes villes témoignaient de cette angoisse collective.

 

Attaques terroristes à Paris – Comment le mouvement ouvrier doit y répondre ?

Le terrorisme réactionnaire du fondamentalisme islamique vient encore de frapper, faisant au moins 128 morts et 200 blessés (dont 100 dans un état grave) dans une attaque coordonnée sur différents sites de Paris. C’est un attentat complètement réactionnaire contre des gens ordinaires, dont de nombreux jeunes, profitant de leur soirée dans des restaurants, des salles de concert ou au Stade de France. Nous condamnons ce gang de meurtriers et nous exprimons notre solidarité avec le peuple de Paris.

Grande-Bretagne : le séisme Corbyn

L’élection de Jeremy Corbyn à la tête du Parti travailliste de Grande-Bretagne (Labour) est un séisme politique dont les effets ne cessent de se faire sentir. Corbyn l’a emporté avec près de 60 % des voix, dont 84 % du collège des « sympathisants ». Il a dominé la primaire grâce à son programme de rupture avec le « Blairisme », cette dérive droitière et pro-capitaliste du parti, dans les années 1990 et 2000. Ce brusque virage à gauche du Labour est une nouvelle manifestation de la radicalisation qui se développe dans la jeunesse et le salariat dans toute l’Europe, en réaction à six années de crise économique et de politiques d’austérité.

Leçons des élections en Catalogne

Avec un taux de participation de 77 % (soit 10 points de plus qu’en 2012), les élections parlementaires catalanes du 27 septembre ont été une victoire pour les partis indépendantistes, bien qu’ils n’aient pas obtenu de majorité absolue en nombre de voix. Si la liste commune Junts pel Sí(JxSí, « Ensemble pour le oui ») arrive en tête, ses résultats stagnent en nombre de voix et baissent en pourcentage : 39,5 %. Elle perd 9 sièges (de 71 à 62) par rapport aux scores qu’avaient réalisés en 2012 les partis qui composent cette liste.