youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Économie marxiste 101 (audio)

14812953 10209114973405797 49577399 o

Au fondement du capitalisme se trouve l’exploitation de la classe des travailleurs-euses salariés par la classe des capitalistes. Depuis que la crise organique profonde du système capitaliste a rejaillit en 2008, de plus en plus de travailleurs-euses et de membres des couches les plus opprimées de la société se rendent compte que le capitalisme n’est pas le « meilleur des mondes » que les économistes libéraux nous promettaient. La compréhension de la théorie économique élaborée par Karl Marx constitue une arme indispensable dans la lutte pour le socialisme à l’échelle mondiale.

L’économie collaborative, l’avenir de l’emploi et le « post-capitalisme » - troisième partie

Dans la dernière partie de son étude sur l’émergence de l’économie de partage, Adam Booth analyse le nouveau livre de Paul Mason, PostCapitalism, qui traite des effets des technologies de l’information et de leurs apports contradictoires au sein d’un système capitaliste en proie aux crises. Quelle est la route qui permettra à la société d’utiliser l’abondance de technologies et de richesses que nous voyons aujourd’hui autour de nous ?

L’économie collaborative, l’avenir de l’emploi et le « post-capitalisme » - deuxième partie

Nous publions ici la deuxième partie de cette série.

L’économie « collaborative » n’est pas la seule à connaître un incroyable essor : c’est également le cas de l’économie « à la demande ». Jusqu’à maintenant, l’accent était surtout mis sur les bénéfices apportés aux clients par ces services « à la demande ». De nombreux enthousiastes s’extasiaient sur les nouvelles possibilités offertes par un simple effleurement d’écran d’iPhone : de la commande d’un service de ménage pour leur appartement ou d’une course de taxi bon marché à deux heures du matin.

 

Pour une planification socialiste et démocratique de l’économie

43598305d2b7f685476e67cdd20a91d1 w400 h250 cpLa crise mondiale qui a éclaté en 2008 est un tournant de l’histoire, comme le fut la crise de 1929. Elle a et aura de conséquences colossales de différentes natures : sociales, politiques, diplomatiques, militaires – mais aussi idéologiques. A gauche, les eaux stagnantes des vieux programmes réformistes seront balayées par une radicalité nouvelle. Face au chaos du « libre marché », l’objectif de socialiser et planifier l’économie au profit du plus grand nombre occupera une place de plus en plus importante dans les débats du mouvement ouvrier.