youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

revolutionary ideas FB bannerFR

Défendre nos droits démocratiques!

Un extrait de notre Manifeste international sur la crise du capitalisme.

Depuis plus d’un demi-siècle, la plupart des travailleurs d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord pensent que la démocratie est acquise une fois pour toutes. Mais c’est une illusion. La démocratie est une construction très fragile. Elle n’est possible que dans les pays riches où la classe dirigeante peut faire des concessions aux travailleurs dans le but d’atténuer la lutte des classes. Mais lorsque les conditions changent, les classes dirigeantes des pays «démocratiques» peuvent se tourner vers la dictature avec la même facilité qu’un homme passe d’un compartiment de train à un autre.

Luttez contre les patrons... joignez La Riposte!

Avant le début de la crise, les leaders et les quotidiens bourgeois déclaraient, presque sans exception, que le capitalisme continuerait de s'accroitre indéfiniment. L'économie mondiale, alimentée par les prix immobiliers gonflés, une croissance dans les dépenses des consommateurs et une montagne de dettes, a atteint des hauteurs vertigineuses. Comme les économistes et commentateurs bourgeois nous l'ont dit, nous vivions un nouveau paradigme économique, et le cycle d'emballement-effondrement n'existait plus.

La bulle s'est crevée, et, des hauteurs vertigineuses, l'on a vu une grande chute. Sur Wall Street, des institutions financières qui ont existé presque un siècle durant ne sont plus. Plusieurs sont presque nationalisées. Des milliards de dollars ont été perdus dans le krach spéculatif.

La souveraineté, pour qui ?

La question nationale domine la politique canadienne depuis très longtemps. Dans le reste du Canada, les médias et le gouvernement bourgeois fédéraliste tournent en dérision les « séparatistes » « qui tentent de diviser le pays ». Au Québec, certains affirment que l’oppression des Québécois sera réglée avec la souveraineté. Que veut dire tout cela? Dans un passé récent, la trahison ouverte du Parti québécois a poussé beaucoup de gens à se poser des questions sur les intentions de leurs chefs souverainistes. Qu’elle est la réponse marxiste à cette question?

Le Québec est une nation opprimée par l’État canadien. Nous luttons contre toutes les formes d’oppression nationale et défendons tous les droits démocratiques des Québécois, y compris le droit à l’autodétermination, si les Québécois en décident démocratiquement ainsi. Suite à cette affirmation, nous devons clarifier ces deux points. Comment pourrait-on atteindre cette libération et qui, dans cette société, est en mesure de diriger cette lutte d’émancipation?

Pour un Québec lucide : Un avertissement à la classe ouvrière

La semaine dernière, à l'initiative de l'ancien Premier Ministre québécois, Lucien Bouchard, un groupe de « personalitées illustres » a publié un manifeste faisant la joie des libéraux et provoquant la répulsion du PQ.  Le document, intitulé Pour un Québec lucide, est présenté comme une vision constructive et collective pour le Québec. En se cachant derrière la peur d'un déclin démographique considérable, de la globalisation et d'un challenge économique accru de l'Inde et de la Chine, le document prone des changements importants dans l'économie et la politique québécoise.    

Ce document n'est autre qu'une tentative brutale par laquelle les auteurs cherchent à se faire une place au sein de l'histoire intellectuelle du Québec. Malgré leur tentative de s'appuyer sur l'histoire de la province ainsi que de faire usage de certaines de ses plus grandes figures historiques, ce manifeste n'est rien d'autre qu'un document pour la bourgeoisie du 21ième siècle. À part cela, Pour un Québec lucide est également un urgent avertissement indiquant à la classe ouvrière que les choses vont changer.

Pour la crise du capitalisme: les patrons doivent payer! Manifeste de la Tendance Marxiste Internationale

La rédaction de ce Manifeste, qui a été traduit dans une dizaine de langues, date de la fin du mois d’octobre 2008. Depuis, comme nous l’annoncions, la crise financière s’est propagée à l’économie réelle. Son rythme s’accélère de jour en jour – et la crise sociale s’approfondit également. Les événements confirment notre analyse et renforcent la validité de ce programme d’action. Nous invitons tous nos lecteurs à faire circuler ce document le plus largement possible.

Une crise mondiale du capitalisme

La crise mondiale du capitalisme est un fait que nul ne peut ignorer. Il n’y a pas longtemps, les économistes nous assuraient qu’une crise du type de 1929 était impossible. A présent, ils évoquent le risque d’une nouvelle Grande Dépression. Le FMI souligne le risque accru d’un déclin économique grave et prolongé, à l’échelle mondiale. Ce qui a commencé aux Etats-Unis par une débâcle financière s’est propagé à l’économie réelle – et menace l’emploi, le logement et les conditions de vie de millions de personnes.