youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Le réveil révolutionnaire du Burkina Faso

Blaise Compaoré a été poussé à la démission par une explosion révolutionnaire du peuple burkinabé. Après 27 ans de pouvoir, le président déchu du Burkina Faso voulait modifier la Constitution pour briguer un cinquième mandat. Telle fut la cause immédiate du soulèvement des masses, qui, par leur nombre et leur détermination, ont fait très clairement comprendre à Compaoré qu’il devait démissionner sans tarder. Mais il y avait des causes plus profondes à cette magnifique irruption de la jeunesse, des travailleurs et des pauvres : une misère endémique, l’enrichissement d’une minuscule élite sur le dos d’un peuple au dénuement effroyable, la corruption généralisée, la domination du pays par les impérialistes français et américains – sans oublier les grandes traditions révolutionnaires de ce peuple.

Hommage à Mandela : les huées de la foule embarrassent Zuma et effraient la bourgeoisie

Le jour de l’hommage national à Nelson Mandela a tourné au désastre pour la bourgeoisie, l’ANC et le Président Jacob Zuma, quand les masses ont tout chamboulé et pris leur place au cœur de l’évènement. Environ 90 chefs d’Etat, présidents, premiers ministres, rois, magnats des affaires et dignitaires étrangers des quatre coins du globe sont venus assister au service funéraire de l’ancien président Nelson Mandela. Mais ces « gens respectables » se sont retrouvés face à une foule composée de 60 000 personnes ordinaires émues, défiantes et bruyantes au FNB Stadium de Soweto. Le résultat fut un énorme embarras pour ces « gens respectables » et en particulier pour le Président Zuma, conspué par la foule au milieu d’un déferlement d’émotions brutes.

Nouvelle intifada contre la dictature au Soudan

Fin septembre [1], des manifestations se sont propagées partout au Soudan après l’annonce de l’augmentation des prix du carburant. Ce n’est pas le premier soulèvement contre la dictature islamiste du Président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989. Les manifestations de l’an passé contre les mesures d’austérité ont bousculé le régime. Mais les dernières manifestations sont les plus importantes qu’il y ait eu depuis le début de la dictature. La répression brutale menée par la police et les miliciens islamistes n’a pas dissuadé la jeunesse héroïque du Soudan. Mais réussira-t-elle cette fois-ci à renverser le régime ?

Tunisie : non à la collaboration de classe !

Suite à l’assassinat le 25 juillet dernier du député nassériste et membre du Front Populaire Mohamed Brahmi, les directions des partis de droite et de gauche ainsi que celles des syndicats patronaux et ouvriers se sont réunies autour d’une initiative appelée « Front de Salut National ». Son objectif est la dissolution de l’Assemblée Nationale Constituante et la mise en place d’un « gouvernement de compétences » chargé de prendre des mesures urgentes pour la sécurité « économique, sociale et politique ». Les signataires réclament la création d’un « comité d’experts » chargés de rédiger une constitution à soumettre à referendum. Scandaleusement, le Front Populaire et l’UGTT ont adhéré à cette initiative, aux côtés de Nidaa Tounès et l’UTICA, qui sont respectivement le parti et le syndicat de la classe capitaliste.

L’intervention impérialiste au Mali

Contrairement à ce qu’affirment François Hollande et son gouvernement, l’intervention de l’armée française au Mali n’a rien à voir avec les prétendues « valeurs de la France », les « droits de l’homme » ou d’autres préoccupations « humanitaires ». Il s’agit d’une intervention impérialiste visant à protéger les intérêts des multinationales françaises dans la région. Le récent effondrement de l’Etat malien et l’offensive des djihadistes dans le nord du pays menacent de déstabiliser les pays frontaliers du Mali, où la classe dirigeante française exploite à une vaste échelle des ressources naturelles : l’uranium au Niger, l’or en Mauritanie, le gaz et le pétrole en Algérie, etc.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!