youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Socialist Fightback Student Web banner

Interview d'un marxiste marocain

Hosam Benhamza est un militant marxiste marocain. L’interview a été réalisée par l’un des rédacteurs du site www.marxist.com

Comment la jeunesse et les travailleurs marocains ont-ils réagi à l’agression de Gaza par Israël ?

Hosam Benhamza : Ils ont réagi par l’organisation de manifestations massives dans toutes les villes et tous les villages. Même dans les plus petits villages, des manifestations ont eu lieu. C’était une façon, pour le peuple, d’exprimer sa colère et sa condamnation sans appel de l’agression israélienne, mais aussi de la complicité des gouvernements arabes.

Maroc : la ville de Sidi Ifni en état de siège – Solidarité !

Depuis le samedi 7 juin, la ville de Sidi Ifni, au Maroc, est assiégée par différentes forces de répression : armée, gendarmerie, etc. La population vit dans un état de terreur à cause des assauts policiers contre les maisons, des pillages et des arrestations. Les jeunes qui ont fui et se sont réfugiés dans les montagnes, aux alentours de la ville, sont toujours poursuivis par les forces de l’ordre et leurs chiens. Le tout se déroule dans le silence quasi-complet des médias « libres ».

Cette répression brutale est la réponse de la dictature marocaine aux protestations et manifestations organisées depuis 9 jours par la jeunesse contre le chômage et les misérables conditions de vie dans cette ville marginalisée.

La révolte du bassin minier de Gafsa, en Tunisie

Depuis le début de l’année, le bassin minier de Gafsa, en Tunisie, est en état d’ébullition sociale. Dans cette région d’exploitation du phosphate, la Compagnie des Phosphates de Gafsa règne en maître absolu. Elle est appuyée par le régime despotique et corrompu de Ben Ali. Outre la pollution liée aux activités d’extraction et de traitement, la pauvreté et le chômage de masse ont déclenché un vaste mouvement de protestation.

Les travailleurs et les jeunes du bassin minier se mobilisent pour leur dignité, pour des emplois, pour de meilleures conditions de logement, de santé et d’éducation. Ils dénoncent un régime de spoliation, de pillage économique et social. Les grèves se sont multipliées. Les enseignants, certaines branches de la fonction publique et même des petits commerçants se sont mobilisés.

Pas de sang pour du pétrole ! Les troupes internationales hors du Tchad !

Fin janvier, les ministres européens des affaires étrangères ont donné leur feu vert à l’envoi des soldats de l’EUFOR au Tchad. D’après la ligne officielle, cette opération militaire, emmenée par l’impérialisme français, a pour objectif de protéger les camps de réfugiés, dans le pays. En réalité, la France et ses alliés soutiennent ouvertement le régime du dictateur Idriss Déby dans la guerre contre le Soudan et différents groupes rebelles.