youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

revolutionary ideas FB bannerFR

Bangladesh : la tragédie de Savar montre le véritable visage de la croissance sous le capitalisme

Le monde entier a été choqué par la catastrophe du Bangladesh, qui s’est déroulé le 24 avril dernier, dans la ville de Savar, située à une trentaine de kilomètre de Dacca, la capitale. Un immeuble de 9 étages, le Rana Plaza, s’est brusquement effondré. Il abritait 5 ateliers de confection textile, tous travaillant en sous-traitance pour des grandes marques occidentales.

Congrès des marxistes au Pakistan

Le 32ème congrès de nos camarades pakistanais s’est tenu les 9 et 10 mars. Le nombre de camarades et de sympathisants présents dépasse les prévisions. Avec 2800 camarades qui y ont assisté, il s’agit du plus grand congrès de l’histoire de cette organisation que l’on appelle The Struggle (La Lutte), qui est affiliée, comme La Riposte, à la Tendance Marxiste Internationale. Des militants sont venus à Lahore depuis des régions très éloignées. Ce n’est pas chose facile au Pakistan. Les transports coûtent cher. Les chemins de fer pakistanais, en pleine crise, occasionne des retards importants. Beaucoup d’étudiants, de jeunes chômeurs et de travailleurs qui ne peuvent pas supporter les frais de déplacement ont pu assister au congrès grâce aux collectes réalisées au cours de ces derniers mois.

La révolution chinoise (1911-1927)

1911, LA PREMIÈRE RÉVOLUTION

Le 1er juillet 1921, le Parti Communiste Chinois était fondé lors d’un congrès clandestin dans la concession française de Shanghai. Le parti qui se créait ainsi ne comptait alors que 57 membres en tout et pour tout. Aujourd’hui, alors que la presse bourgeoise de tous les pays s’extasie ou s’affole devant les chiffres impressionnants de la croissance de l’économie chinoise [1], il est utile de revenir sur ce qui reste une des principales « occasions manquées » de la révolution socialiste mondiale : la révolution chinoise de 1925-1927.

Corée du Sud : répression sauvage dans l’usine Ssangyong

Le 6 août dernier, les travailleurs et les patrons de l’usine automobile Ssangyong, en Corée du Sud, ont signé un accord entérinant le licenciement de 52 % de travailleurs et la mise au chômage technique, sans indemnité, des 48 % restant. C’est sur cette défaite que s’est achevée une grève avec occupation de 77 jours. Aussitôt l’accord signé, le dirigeant syndical Lee Changguen et une centaine de travailleurs ont été arrêtés par la police. A ce jour, 68 travailleurs sont encore incarcérés.

L’un des travailleurs licenciés a tenté de se suicider, après une fouille policière particulièrement brutale, le 20 août. Pendant la grève, six travailleurs ou membres de leur famille sont morts.

Un dirigeant du PC du Népal (maoïste) reconnaît la validité des idées de Trotsky

Dans L’Etincelle Rouge, une revue du Parti Communiste du Népal, l’un des principaux théoriciens de parti – Baburam Bhattarai (photo) – a écrit un article qui n’est pas passé inaperçu, dans le mouvement communiste népalais et international. Bhattarai, 55 ans, est membre du bureau politique du PCN (maoïste). Il fut nommé ministre des Finances en août 2008. Alors que le PC népalais s’est longtemps réclamé des idées de Mao et de Staline, voici ce qu’il écrit :

« Aujourd’hui, la globalisation du capitalisme impérialiste est beaucoup plus importante qu’à l’époque de la Révolution d’Octobre. Le développement des technologies de l’information a transformé le monde en un village global. Cependant, du fait du développement inégal inhérent au capitalisme impérialiste, il existe de grandes inégalités entre les différentes nations. Dans ce contexte, il y a toujours quelques possibilités d’une révolution dans un seul pays, à l’instar de la Révolution d’Octobre. Cependant, pour qu’une révolution perdure, nous aurons besoin d’une vague révolutionnaire qui balaye, sinon le monde entier, du moins toute une région – autrement dit, plusieurs pays. Dès lors, les marxistes révolutionnaires devraient reconnaître que dans le contexte actuel, le Trotskysme est devenu plus pertinent que le Stalinisme, pour faire avancer la cause de la classe ouvrière. » (L’Etincelle Rouge, juillet 2009, page 10.)