youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

27975008758 09467a0f63 zCet article a été publié en anglais sur le site de In Defence of Marxism le 29 avril 2019.


La droite a été vaincue lors des élections générales dans l’État espagnol qui ont eu lieu dimanche passé. Les masses se sont fortement mobilisées dans les bureaux de vote pour cette élection : le taux de participation électorale a atteint un niveau impressionnant de 75,8 %, soit une augmentation de neuf points de pourcentage par rapport aux élections de 2016. Les électeurs se sont mobilisés massivement pour empêcher les partis de droite de former un gouvernement.

Dans l’ensemble du pays, les votes pour le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) et Unidas Podemos (Front composé de PODEMOS et Gauche Unie – Izquierda Unida) se sont élevés à 43 % contre 42,8 % pour les partis de droite (une différence de 60 000 voix). En Catalogne, si l’on y ajoute le vote de la gauche indépendantiste catalane, la gauche a obtenu 65,5 % des voix, ce qui représente sa part la plus élevée au niveau national.

Les élections montrent une forte polarisation de la société entre la droite et la gauche. Toute la campagne électorale a tourné autour de la tentative des trois partis de droite, le Parti Populaire (PP), Ciudadanos (droite ultra-libérale) et l’extrême droite Vox, de répéter la coalition gouvernementale qu’ils avaient formée en Andalousie après les élections régionales. Le PSOE a mené une campagne basée sur l’idée de contre-proposer « le passé contre l’avenir », « l’Espagne de la réaction contre l’Espagne du progrès ». C’est ce qui a conduit à une forte participation électorale et au soutien des partis de gauche, montrant une forte conscience de classe dans la classe ouvrière espagnole, qui reconnaît la menace que représentent le PP, Ciudadanos et Vox, et qui voulait bloquer un gouvernement réactionnaire avec la participation de l’extrême droite.

En conséquence, le PSOE s’est imposé et a obtenu 28,7 % des voix, soit 123 sièges au Parlement. Bien qu’il s’agisse d’une augmentation significative par rapport aux 85 sièges remportés par le PSOE lors des élections de 2016, ce n’est toujours pas suffisant pour former un gouvernement majoritaire. Le PSOE a été considéré comme le meilleur moyen de s’assurer que la droite ne remporte pas la victoire et le parti a donc obtenu la majorité des voix de gauche au lieu d’Unidas Podemos (UP).

Défaite majeure pour PP

En revanche, il s’agit de la pire élection jamais organisée pour le principal parti de droite, le PP. Ils n’ont obtenu que 16,7 % des voix et 66 sièges. Il s’agit d’une baisse significative par rapport aux 137 sièges remportés lors des élections de 2016, lorsque Rajoy est devenu président. Le PP a dominé la droite en Espagne pendant près de 40 ans mais montre désormais des signes de faiblesse. Au Pays basque, par exemple, le PP n’a plus un seul député et en Catalogne, il a perdu cinq députés sur les six auparavant.

Après que Rajoy ait été défait dans un vote de défiance qui a vu le PP chassé du gouvernement en juin l’année dernière, le parti s’est pourvu d’un nouveau visage pour son leader en la jeune personne de Pablo Casado. Sous Casado, le PP s’est déplacé vers la droite dans une tentative désespérée d’arrêter l’hémorragie des votes en faveur de Ciudadanos (le parti d’extrême droite ultra-libéral) et Vox (le parti d’extrême droite). Cependant, cette stratégie s’est clairement retournée contre eux et a fini par renforcer Vox.

Vox prend pied sur le marché

Là où le PP a été vaincu, Vox a au contraire gagné. Vox a obtenu 10,2 % des voix et un total de 24 sièges au Parlement. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport au minuscule 0,2 % des voix obtenues aux élections de 2016. Vox s’est formé il y a six ans et est le premier parti ouvertement d’extrême-droite à émerger depuis la chute de la dictature franquiste en 1975. Il est anti-immigration, anti-droits des femmes, pro-corrida, et se présente comme un parti anti-establishment. Il représente clairement les éléments les plus réactionnaires de la société espagnole et a gagné du terrain dans les zones rurales et en particulier parmi les anciens électeurs du PP dans les zones aisées.

Par exemple, dans le quartier plus riche de Salamanque à Madrid, les trois partis de droite se sont classés premier, deuxième et troisième, obtenant un vote combiné de 71 %, légèrement en baisse par rapport aux 75 % de 2016, mais Vox est arrivé troisième, avec 17,8 % des voix : bien au-dessus de leur moyenne nationale de 10 %. Tandis que dans le quartier ouvrier de Puente Vallecas, à Madrid, le PSOE s’est classé premier, l’UP ayant obtenu un vote combiné de plus de 63 %, tandis que Vox n’a obtenu que 8 % des voix, soit moins que la moyenne nationale.

Vox a fait sensation en décembre de l’année dernière lorsqu’ils ont obtenu près de 400 000 voix aux élections régionales en Andalousie. Bien que cela soit dû en grande partie à l’abstention électorale la plus élevée dans la région depuis 1990, avec seulement 58 % de participation, le résultat a inquiété la gauche espagnole. Les sondages d’opinion prédisaient que Vox obtienne entre 11 et 13 % des voix à l’élection générale. En Andalousie, Vox a en effet obtenu plus de 600 000 voix et a augmenté son pourcentage à 13,38%. Le taux de participation aux élections générales en Andalousie a grimpé à 73,3 pour cent hier, en réponse à l’affreuse montée en flèche de Vox. Vox espérait faire beaucoup mieux, en s’appuyant sur son succès aux élections régionales, mais a été bloqué par les votes pour la gauche. Ciudadanos aussi avait l’ambition de dépasser le PP pour devenir le principal parti de droite en Espagne, mais n’a obtenu que 15,8 % des voix.

Effondrement de Podemos

Podemos a également subi une baisse de soutien lors de ces élections. Il s’est classé quatrième, derrière Ciudadanos et PP, avec seulement 14,3 % et 42 sièges. Il s’agit d’une baisse de sept points par rapport à 2016, lorsqu’il avait 71 sièges. Cette perte de voix est le résultat de l’échec de la stratégie politique de Podemos. En juin de l’année dernière, il est été le fer de lance de la motion de censure, qui a fait tomber le gouvernement PP Rajoy, et a voté pour que Sánchez devienne Premier ministre. Il a eu l’occasion d’imposer un programme radical à Sánchez, en lui demandant des comptes pour les coupes et l’absence de réformes. Cela aurait été possible en combinant la pression parlementaire avec des mobilisations dans la rue. Au lieu de cela, il s’est subordonné au PSOE et n’a montré aucune différence claire dans son programme qui aurait rallié les électeurs à son camp.

En pratique, il a joué le second violon après Sánchez. Les dirigeants de l’UP ont modéré leur langage autrefois radical et réduit leur militantisme. Pendant la campagne électorale, Pablo Iglesias (le dirigeant de Podemos) a été vu en train de plaider pour plus de politiques de gauche, mais c’était trop peu, trop tard. Ses actions au cours de la période écoulée ne correspondaient pas à sa rhétorique. Par conséquent, une partie des électeurs de gauche qui avaient auparavant fait marche arrière s’est maintenant ralliée au PSOE, estimant qu’il s’agissait d’un moyen plus sûr de s’assurer que la voie de la droite vers le pouvoir était bloquée.

Quelle est la prochaine étape ?

Bien que le Parti socialiste ait gagné, son chef, Sánchez, est un modéré soutenu par le Financial Times, The Economist et le New York Times, qui ont 825c1ef3de6cfe14c24a0d14346b8f78 w700 h500tous loué sa modération et sa préférence pour le compromis. Il pourrait obtenir une majorité numérique au parlement par le biais d’une alliance avec Ciudadanos, ce qui est également ce que la classe dirigeante préférerait. Cependant, le dirigeant de Ciudadanos, Albert Rivera, a clairement fait savoir qu’il ne voulait pas s’allier aux socialistes : leur objectif d’être le principal parti de droite serait gravement compromis s’il le faisait. En outre, les partisans de Sánchez ont dit très clairement hier soir lors de son discours de réception qu’ils ne toléreraient aucune alliance avec la droite. Les chants de la foule de « Pas avec Rivera » ont été accueillis par des sourires mal à l’aise du nouveau président qui a déclaré qu’il ne mettrait pas en place un cordon sanitaire autour de l’option d’une alliance avec Ciudadanos. Au lieu de cela, il a déclaré que sa seule condition serait qu’un partenaire de la coalition « respecte la Constitution ».

Il est intéressant de noter que les autres chants entendus pendant le discours étaient : « ¡No pasarán ! » (« Ils ne passeront pas ! ») : un chant antifasciste, rappelant la défense de Madrid pendant la guerre civile espagnole, et « ¡Sí se puede ! ». (« Oui, nous pouvons ! ») qui est un slogan de Podemos. Ces chants reflètent l’humeur de nombreux électeurs du PSOE, qui est beaucoup plus radicale que la position politique de Sánchez. À l’heure actuelle, tous les partis attendent les élections municipales, régionales et européennes, qui se tiendront le même jour en mai, pour voir de quel côté iront les électeurs. Toutes les discussions sur la formation de gouvernements et de coalitions seront reportées. Quoi qu’il en soit, une nouvelle récession se profile à l’horizon et le PSOE devra prendre davantage de mesures d’austérité afin de servir les intérêts de la classe dirigeante. Sánchez peut faire des changements cosmétiques pour plaire à la gauche, mais rien qui menace de remettre en question les limites des dépenses et du déficit de l’UE.

Ce que nous verrons probablement au cours de la prochaine période, c’est une vague de nouvelles mobilisations dans la rue contre les contre-réformes ou les coupes que Sánchez sera contraint de mettre en œuvre. Dans ce scénario, Podemos a besoin d’une stratégie centrée sur les mobilisations dans la rue sur des questions telles que le logement, la réduction des dépenses sociales, le droit du travail, les droits démocratiques et des femmes, etc. Ils doivent tirer les leçons de leurs erreurs et ne pas continuer sur la voie de la subordination au PSOE au Parlement. Ils doivent contester le PSOE et leur demander des comptes s’ils veulent réellement représenter les intérêts de la classe ouvrière.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!