youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Le massacre du flottille humanitaire expose le blocus criminel de Gaza

Cet article date du 2 juin.

Au milieu de la nuit du 31 mai, a 64 km de la côte, des commandos israélien sont descendus en rappel de leurs hélicoptère sure la flottille de six navires. Les militants ont dit que les commandos abordé leurs navires en faisant feu. Le gouvernement israélien a décidé d'utiliser la force pour maintenir son blocus de la bande de Gaza, provoquant des vagues de manifestations partout dans le monde. Ces évènements ont montré la véritable nature de la politique impérialiste israélienne au monde entier : Gaza est un ghetto gardé dans des conditions de famine et personne ne peut y intervenir. Ceci aura des effets à travers le monde, même en Israël.

Contre le boycott total d'Israël, pour une solution ouvrière

Les auteurs de cette article partagent une préoccupation grandissante envers la direction qu’à pris le mouvement de solidarité palestinien. En 1948, la famille de la mère d’Isa Al-Jaza’iri ont été forcés hors de leur maison à Haifa. Le grand-père d’Alex Grant portait une Étoile de David au camp Nazi de Mauthausen. Malgré cela, ils croient que leurs déscendances respectives ne sont pas pertinentes puisqu’il est question d’un problème qui concerne la classe ouvrière mondiale. Tous deux sont de l’avis qu’uniquement une perspective ouvrière peut en finir avec l’oppression du peuple palestinien sans oublier l’avenir de la population israélienne.

Le bombardement de Gaza

Le pilonnage de Gaza par l’aviation israélienne a provoqué la mort de plusieurs centaines d’hommes, de femmes et d’enfants, auxquels s’ajoutent des milliers de blessés. Cette nouvelle agression doit être fermement condamnée par le mouvement ouvrier international. Elle constitue une nouvelle preuve du caractère ultra-réactionnaire de la classe dirigeante israélienne, qui condamne la masse des Palestiniens à vivre dans des conditions absolument insoutenables, enfermée dans les territoires dits « autonomes » comme des rats dans une cage. En tant que marxistes, nous nous opposons à toutes les formes d’oppression, y compris l’oppression nationale. Nous soutenons les aspirations des Palestiniens et leur lutte contre l’oppression que leur inflige l’impérialisme israélien.

Le retrait israélien de Gaza était un mouvement tactique destiné à renforcer l’étau sur la Cisjordanie. Suivant une stratégie du « diviser pour mieux régner », les impérialistes américains et européens avaient suspendu l’aide au gouvernement du Hamas – qui, quoiqu’on en pense, a été démocratiquement élu – et ont restauré l’aide financière pour la Cisjordanie et leur agent Abbas, à qui ils fournissent les armes nécessaires à la répression des militants palestiniens.

Israël se retire de Gaza

Israël retire ses forces de Gaza. Entamé dimanche, ce retrait se poursuivait graduellement, lundi. Israël et le Hamas ont déclaré – séparément – un cessez-le-feu. Ehud Olmert, le premier ministre israélien, a expliqué qu’Israël n’avait l’intention ni de laisser une présence militaire à Gaza, ni de reconquérir le territoire.

Dans un article récent, je soulignais que l’intention de l’impérialisme israélien n’était pas d’occuper Gaza, mais d’infliger un maximum de dégâts au Hamas, de terroriser la population – avant de repartir. C’est chose faite.

La décision de se retirer de Gaza a été accueillie par un immense soulagement, dans les capitales occidentales. Tout en affichant publiquement leur sympathie pour la sécurité d’Israël, les impérialistes étaient préoccupés par l’impact déstabilisateur de cette agression militaire, dans le monde arabe.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!