youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Élections à Toronto-Centre: Le NPD fait du chemin, encore du travail à faire

La récente élection dans la circonscription de Toronto-Centre offrait au NPD une excellente opportunité de commencer une riposte aux coupures et attaques promises par les Libéraux de Dalton McGuinty. Comme nous l’avons déjà écrit, les Libéraux ont annoncé des attaques aux emplois du secteur publique et des services pour faire balancer de leur déficit massif de $25 milliards de dollars en Ontario. Même si le NPD n’a pas emporté l’élection, il y avait cependant plusieurs signes indiquant que si le parti adopte la plateforme et les slogans appropriés il pourrait jouer un rôle majeur dans l’organisation d’une résistance aux attaques patronales.

Le candidat Libéral, ancien maire de Winnipeg Glen Murray, a gardé la circonscription avec environ 45% des votes. Cathy Crowe, candidate du NPD, a fini en deuxième et a obtenu 33% des votes. Cela indique un pas en avant majeur pour le NPD puisqu'ils ont presque doublé leur pourcentage de votes depuis les élections de 2007 et ont surpassé haut la main les votes des conservateurs dans la circonscription. De plus, les Libéraux ont été contraint d'y mettre tout un effort pour faire élire Murray, un candidat vedette, dans un des bastions majeurs des Libéraux en Ontario. Le Toronto Star a noté la « l'inconfort marqué » des officiers Libéraux face aux résultats des élections.

Le congrès de Québec solidaire 2009, une opportunité manquée

Pendant des décennies, au Québec, la politique a été dominée par la question nationale. Depuis l’échec de la grève générale de 1972, le Parti Québécois a revendiqué la direction de la lutte contre l’oppression nationale. Le PQ – devenu un parti bourgeois – a canalisé le mécontentement des Québécois sur le terrain de la lutte nationaliste pour la « souveraineté ». Ils ont utilisé cette revendication pour masquer les différences de classe au sein de la société québécoise – et pour soumettre les travailleurs aux intérêts des capitalistes québécois. On a vu ce qu’était vraiment le PQ lorsqu’en 1976, lors de sa première élection, il a interdit le financement de partis politiques par des syndicats et a écrasé de nombreuses grèves. La bourgeoisie du Québec voulait « son » mouvement national. Cela a écarté la question de classe pendant toute une période, divisant les travailleurs au profit du capitalisme québécois.

Le premier membre de l'assemblée nationale de Québec solidaire : Que faire?

En décembre 2008, Québec solidaire a réussi à faire élire son premier député. Amir Khadir. Le coreprésentant de Québec solidaire s’est fait élire dans le comté de Mercier, à Montréal. Ce fut un événement historique dans la politique québécoise et une énorme percée pour Québec solidaire, un parti qui n’a été fondé qu’en 2006.

Québec solidaire est un parti de gauche, toutefois il n’est pas encore un parti de masse qui prend racine dans le mouvement ouvrier. Il na pas encore réussi a obtenir le support des  principaux syndicats qui sont encore, mais pas pour longtemps, attachés au parti québécois. Par ailleurs, l’élection de Amir Khadir peut servir de revirement qui pourrait transformer Québec solidaire en parti de masse si le travail parlementaire est utilisé de façon positive à construire le parti et à chercher l’appui des travailleurs.

La TMI s'affilie à Québec solidaire

Le 19, 20 et 21 juin, Québec solidaire (QS) a tenu son quatrième congrès, à Sherbrooke. Plusieurs membres de la Tendance Marxiste Internationale ont entrepris un voyage durant deux heures pour participer à ce rassemblement démocratique.

Québec solidaire est un nouveau parti de gauche, au Québec – où, d’ailleurs, il n’y a jamais eu de véritable parti ouvrier. QS a récemment changé l’histoire en faisant élire leur premier MNA, Amir Khadir, en décembre. Il continue de faire de grands progrès.

« Pour sortir de la crise : dépasser le capitalisme? » Oui, et vers la socialisme

Le premier mai, Québec solidaire a publié un manifeste intitulé « Pour sortir de la crise : dépasser le capitalisme? » Il est important de répondre immédiatement à la question posée par le titre de ce manifeste : OUI! La seule solution à la crise capitaliste est au-delà du capitalisme. Il faut savoir dans quelle direction nous nous dirigeons. Le Socialisme, un système économique qui est planifié démocratiquement et contrôlé par les ouvriers, un système qui résout d’abord les besoins de l’humanité et qui ne vise pas les profits. Cela est la seule solution à la crise.
Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!