youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Ontario

Doug Ford réprime les manifestations étudiantes sous prétexte de défendre la « liberté d’expression »

fightbackagainstfascismLe 30 août dernier, le premier ministre ontarien Doug Ford a annoncé qu’il forcera les universités et les collèges à appliquer une soi-disant « politique de liberté d’expression ». Soyons très clairs : cette « politique de liberté d’expression » est en fait une loi anti-manifestation, une muselière pour les étudiants qui veulent manifester de façon légitime contre les fascistes et les racistes sur les campus. Ce double discours orwellien signifie que Ford souhaite défendre la « liberté d’expression » de ses amis de droite tout en privant les étudiants et les travailleurs des campus de ce même droit.

Ontario : Doug Ford en mode attaque

ford 1Élus à la tête de l’Ontario en juin dernier, les conservateurs de Doug Ford ont déjà attaqué les travailleurs et les personnes les plus vulnérables à plusieurs reprises. Ford a remporté les élections avec un programme malhonnête et manipulateur, sans donner de précisions sur les mesures qu’il comptait mettre en place. Alors que les électeurs voulaient rompre avec 15 années de corruption et d’austérité libérales, Ford promettait de s’attaquer aux « élites » et de défendre « les gens ordinaires » (« the little guy »). Mais de semaine en semaine, l’illusion selon laquelle Ford défendrait les plus faibles se dissipe. Les travailleurs, les jeunes et les opprimés réalisent maintenant que Ford n’est pas synonyme de changement, mais qu’il s’agit d’un autre représentant des banquiers et des capitalistes, tout comme les libéraux avant lui.

Élections en Ontario : pourquoi Doug Ford a gagné, et comment le combattre

FordLes conservateurs de Doug Ford viennent de gagner les élections en Ontario. Il s’agit d’une victoire de la réaction populiste de droite dans la plus grande province du Canada. Ce résultat représente également une polarisation de classe et l’effondrement du « centre ». Les libéraux de Kathleen Wynne ont été démolis et ont perdu le statut de parti officiel. Sur la gauche, le Nouveau Parti démocratique, qui s’est historiquement appuyé sur les syndicats, a obtenu le deuxième plus haut score de son histoire. Une période d’intense lutte des classes s’ouvre et il n’y a pas de place pour la complaisance.

Élections à Toronto-Centre: Le NPD fait du chemin, encore du travail à faire

La récente élection dans la circonscription de Toronto-Centre offrait au NPD une excellente opportunité de commencer une riposte aux coupures et attaques promises par les Libéraux de Dalton McGuinty. Comme nous l’avons déjà écrit, les Libéraux ont annoncé des attaques aux emplois du secteur publique et des services pour faire balancer de leur déficit massif de $25 milliards de dollars en Ontario. Même si le NPD n’a pas emporté l’élection, il y avait cependant plusieurs signes indiquant que si le parti adopte la plateforme et les slogans appropriés il pourrait jouer un rôle majeur dans l’organisation d’une résistance aux attaques patronales.

Le candidat Libéral, ancien maire de Winnipeg Glen Murray, a gardé la circonscription avec environ 45% des votes. Cathy Crowe, candidate du NPD, a fini en deuxième et a obtenu 33% des votes. Cela indique un pas en avant majeur pour le NPD puisqu'ils ont presque doublé leur pourcentage de votes depuis les élections de 2007 et ont surpassé haut la main les votes des conservateurs dans la circonscription. De plus, les Libéraux ont été contraint d'y mettre tout un effort pour faire élire Murray, un candidat vedette, dans un des bastions majeurs des Libéraux en Ontario. Le Toronto Star a noté la « l'inconfort marqué » des officiers Libéraux face aux résultats des élections.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!