youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

  • Regain de la lutte des classes au Québec

    L’année 2018 au Québec a été jusqu’à maintenant marquée par une recrudescence de la lutte des classes. Les travailleurs se font plus combatifs, et les patrons plus vicieux. De semaine en semaine, de nouveaux conflits de travail éclatent. Prises individuellement, ces petites luttes économiques isolées pourraient sembler d’importance marginale. Mais prises collectivement, leur survenue à notre époque n’est pas fortuite, et présage de mouvements d’importance historique. Read More +
  • Perspectives politiques 2018 – La nécessité d’un mouvement ouvrier combatif

    De plus en plus de travailleurs et de jeunes adoptent une analyse marxiste de la crise du capitalisme. C’est dans le but de contribuer à cette analyse que nous présentons ce document de travail intitulé Perspectives politiques 2018 – La nécessité d’un mouvement ouvrier combatif. Read More +
  • La lutte des classes et la question nationale au Québec

    Joel Bergman, de la rédaction de La Riposte socialiste, jette un regard sur l’état actuel du mouvement indépendantiste québécois, le compare à l’Écosse et à la Catalogne, et explique la position que les marxistes devraient prendre. Read More +
  • Comment stopper la CAQ?

    À huit mois des élections québécoises, la Coalition Avenir Québec de François Legault, est maintenant en première place des sondages. Le système bipartite dominé par le Parti québécois et le Parti libéral du Québec depuis près de 50 ans menace de s’effondrer. Read More +
> <
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

La Riposte socialiste Numéro 35

 

Le 28 mai dernier, près de 200 personnes ont assisté à une réunion publique sur Cuba et le Venezuela intitulée : « Cuba après Fidel – Le Venezuela à la croisée des chemins ». La campagne Pas touche au Venezuela ! et la Société bolivarienne du Québec ont organisé ensemble l’événement, en collaboration avec la Tendance Marxiste Internationale et la Gauche socialiste.

Parmi les orateurs figuraient Celia Hart, écrivain, femme de science et trotskiste cubaine, ainsi que Jorge Martin, secrétaire international de la campagne Pas touche au Venezuela !, et Pierre Mouterde, membre du parti Québec solidaire et auteur de livres sur l’Amérique latine et les mouvements sociaux Québécois.

 

Etaient également présents le Consul général de Cuba, Sergio Vélez Camhi, le Consul général du Venezuela, Elio Vitriago, le premier Consul du Venezuela Adolfo Figueroa, le Consul général de la Bolivie, Walter Estenssoro, et le porte-parole du parti de gauche Québec Solidaire Amir Khadir.

 

Ricardo Astudillo, de la Société bolivarienne du Québec, a présenté la réunion, que James Cockcroft présidait. Dans son introduction, Cockcoft à souligné l’importance de la présentation du livre La Révolution trahie, de Leon Trotsky, cette année, au festival du livre de La Havane.

 

 

Cette réunion était le premier grand événement de ce type, à Montréal, depuis la maladie de Fidel Castro. Les implications politiques et sociales des événements à Cuba ont été débattus. Celia Hart a ouvert le débat. Elle est une militante active de la révolution cubaine. Dans sa présentation, Hart a souligné le fait que les révolutions cubaine et vénézuélienne sont mutuellement dépendantes. Par exemple, Cuba envoie des médecins au Venezuela, pendant que le Venezuela fournit à Cuba du pétrole bon marché, et les deux pays partagent un même esprit révolutionnaire. Les Cubains tirent les leçons de la révolution au Venezuela – et vice-versa.

 

Après Celia Hart, Jorge Martin est entré dans le détail de la révolution vénézuélienne. Malgré les énormes progrès de la révolution au Venezuela, Jorge Martin a souligné qu’elle était toujours en danger. Récemment, les Etats-Unis ont reconstitué leur « 4e flotte » – dissoute en 1951 – qui va patrouiller dans les Caraïbes et sur les côtes de l’Amérique latine. Cette menace militaire est combinée avec une bruyante campagne visant à placer le Venezuela dans la liste des pays que les Etats-Unis accusent de « parrainage ou d’hébergement » de terroristes. Pendant ce temps, au Venezuela, l’oligarchie utilise son contrôle des principaux secteurs de l’économie pour organiser une campagne concertée de sabotage, en particulier dans le secteur de la distribution alimentaire. Jorge Martin a expliqué qu’il y a une bureaucratie dans le mouvement bolivarien, laquelle freine la révolution. Le Venezuela est à la croisée des chemins, et la seule façon d’avancer est de nationaliser l’économie et de briser le vieil appareil d’Etat capitaliste. « On ne peut pas faire la moitié d’une révolution – pas plus qu’on ne peut traverser une moitié de rue », a prévenu Jorge Martin. « Si vous restez au milieu d’une route, vous finirez par être écrasés par la circulation. »

 

Pierre Mouterde a également pris la parole. Il a notamment expliqué que Québec solidaire enverrait une délégation en Equateur et au Venezuela pour apprendre du mouvement révolutionnaire de ces pays.

 

 

Après les interventions des conférenciers, il y a eu un débat animé sur diverses questions : la situation à Cuba, en Colombie, en Equateur, Mai 68, etc. Au cours de ce débat, tous les participants sont tombés d’accord pour envoyer des salutations aux Cinq Cubains de Miami emprisonnés aux Etats-Unis – qui, comme Celia Hart l’a expliqué, ont lu les livres de Trotsky envoyés par nos camarades de la Fondation F. Engels.

 

Le public, composé d’étudiants, de militants vétérans et de révolutionnaires d’Amérique latine, était clairement enthousiaste, non seulement à propos de la révolution en Amérique latine, mais aussi au regard du fait qu’elle est le prélude d’événements révolutionnaires dans le monde entier.

 

La réunion s’est achevée sur toute une série d’applaudissements adressés aux organisateurs, et en particulier à l’excellent travail de traduction effectué par Emerson Xavier da Silva, de la SBQ.

 

L’événement a scellé une collaboration plus étroite entre la campagne Pas touche au Venezuela ! et la Société bolivarienne du Québec. D’autres initiatives communes suivront, n’en doutons pas. Nous tenons également à remercier les organisations suivante pour leur soutien : l’Alliance de la Fonction Publique du Canada-Québec (AFPC-Québec), la GRIPQ-Concordia, l’Association Générale étudiante du Cégep du Vieux Montréal (AGECVM) et l’Association Etudiante de Sciences Humaines de l’Université du Québec à Montréal (AFESH-UQAM).

 

Les idées de Karl Marx

Marx avait raison

Karl Marx 014

Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. » Ainsi commence le Manifeste du Parti communiste. Plus de 160 ans après l’écriture de ces mots, le spectre du marxisme raisonne comme jamais, le nombre de ses sympathisants et détracteurs grandissant quotidiennement. 

Le capitalisme mondial

Perspectives pour la lutte des classes

womens march on washington 2017

La situation mondiale actuelle est caractérisée par une crise à tous les niveaux : économique, financier, social, politique, diplomatique et militaire. La cause principale de cette crise réside dans l’incapacité du capitalisme à développer les forces productives à l’échelle mondiale. Cela signifie que les masses vont devoir faire face à des décennies de stagnation – ou de recul – de leurs conditions de vie.

La question nationale

39501

La question nationale domine la politique canadienne depuis très longtemps. Dans le reste du Canada, les médias et le gouvernement bourgeois fédéraliste tournent en dérision les « séparatistes » « qui tentent de diviser le pays ». Au Québec, certains affirment que l’oppression des Québécois sera réglée avec la souveraineté. Que veut dire tout cela?