youtube4.pngfacebooklogocolourtwitterlogocolourflickrlogocolourvimeologocolourrsslogocolour

Aidez-nous à construire les forces du marxisme au Québec et au Canada!
Abonnez-vous au journal La Riposte socialiste dès maintenant!

Bolchevisme, menchevisme : organisation et perspectives

La révolution de 1917 n’aurait pas été victorieuse sans le Parti Bolchevik. Devenu indépendant en 1912, il a pris forme à travers de nombreuses difficultés et crises.

Au début du siècle, la tendance majoritaire dans le Parti Ouvrier Social-démocrate de Russie (POSDR) s’organisait autour du journal Iskra (L’Etincelle), fondé en 1900. Rédigée à Londres par un comité de six personnes (Plekhanov, Lénine, Axelrod, Martov, Potressov et Vera Zasulich), Iskra fut expédiée en Russie, en passant par la France, la Suède, la Roumanie, la Perse ou encore l’Egypte, au moyen d’un réseau d’ouvriers, de marins et de jeunes dévoués corps et âme à la cause révolutionnaire. Entravé par des arrestations et d’innombrables difficultés pratiques, ce travail clandestin était lourd de dangers. Selon N. K. Krupskaya, la femme de Lénine, à peine un dixième des journaux arrivaient à destination. Les idées d’Iskra étaient très appréciées par les travailleurs qui parvenaient à se le procurer.

Classe, parti et direction – Pourquoi le prolétariat espagnol a-t-il été vaincu ?

Ce texte inachevé de Léon Trotsky a été écrit au cours de l’été 1939, au lendemain de la victoire militaire de Franco, en Espagne.

A quel point le mouvement ouvrier a reculé, on ne peut en juger seulement à partir de l’état des organisations de masse, mais aussi en étudiant les regroupements idéologiques en cours et les recherches théoriques dans lesquelles sont engagés tant de groupes. A Paris paraît le périodique Que faire ? qui, pour une raison ou pour une autre, se considère comme marxiste mais se situe en réalité entièrement dans le cadre de l’empirisme des intellectuels bourgeois de gauche et de ces travailleurs isolés qui ont pris tous les vices des intellectuels.

Trois conceptions de la révolution russe

La révolution de 1905 ne fut pas seulement la « répétition générale » de celle de 1917, mais se trouva être aussi le laboratoire où s’élaborèrent tous les groupements fondamentaux de la pensée politique russe et où se formèrent et se dessinèrent toutes les tendances et nuances à l’intérieur du marxisme russe. Au centre des disputes et des désaccords se trouvait, cela va de soi, la question du caractère historique de la révolution russe et des voies ultérieures de son développement.

En soi, cette lutte des conceptions et des pronostics ne concerne pas directement la biographie de Staline, qui n’y prit aucune part indépendante. Les quelques articles de propagande écrits par lui sur ce thème ne présentent pas le moindre intérêt théorique. Des dizaines de bolcheviks, la plume à la main, popularisèrent les mêmes idées, et le firent bien mieux que lui. Un exposé critique de la conception que le bolchevisme se faisait du déroulement de la révolution doit naturellement entrer dans la biographie de Lénine. Pourtant, les théories ont leur sort. Si, dans la période de la première révolution et plus tard, jusqu’en 1923, lorsque les doctrines révolutionnaires s’élaboraient et étaient mises à exécution, Staline n’occupait aucune position indépendante, à partir de 1924 la situation changea brusquement. Une période de réaction bureaucratique et de révision radicale du passé s’ouvre alors. Le film de la révolution se déroule à l’envers. Les anciennes doctrines sont soumises à une nouvelle appréciation ou à une nouvelle interprétation. De façon tout à fait inattendue, à première vue, au centre de l’attention vient ainsi se placer la conception de la « révolution permanente », source première de tous les égarements du « trotskysme ».

La Commune de Paris, 1871

La Commune de 1871 fut l’un des plus grands épisodes de l’histoire de la classe ouvrière française. Au cours d’un mouvement révolutionnaire d’une portée jusqu’alors inconnue, l’Etat capitaliste a été remplacé par les organes de gouvernement des travailleurs. Les travailleurs parisiens ont tenu le pouvoir pendant dix semaines, entre le soulèvement du 18 mars et la défaite sanglante de la dernière semaine de mai. Dans des circonstances extrêmement difficiles, ils se sont efforcés de mettre un terme à l’exploitation, à l’oppression, et de réorganiser la société sur des bases entièrement nouvelles. Les leçons de ces événements sont d’une importance fondamentale pour le mouvement ouvrier contemporain et pour tous ceux qui, en France ou ailleurs, aspirent à changer la société.

Libre-échange et Protectionnisme

Dans les pays industrialisés, pendant que les grands groupes industriels et financiers enregistrent des bénéfices records, les ravages du capitalisme se font sentir, on assiste au démantèlement des services publics, à la remise en cause des acquis sociaux et à la généralisation de la précarité. Dans les pays moins développés la vie tourne à un véritable cauchemar pour les peuples, victimes d’une double oppression : celle des grandes puissances et celle, non moins rapace, exercée par leurs "propres" classes dirigeantes.

Dans ce contexte, le développement de l’association ATTAC n’est pas difficile à expliquer. Les différentes initiatives et publications de cette association mettent en évidence l’ampleur de la spéculation financière à l’échelle internationale, condamnent les effets dévastateurs du comportement des groupes industriels et financiers, et soulignent l’implication cynique des intérêts capitalistes dans les guerres terribles qui sévissent à travers le monde. Le ton critique et indigné d’ATTAC contraste nettement avec la complaisance résignée des directions des partis de gauche.

Aidez La Riposte socialiste dès aujourd'hui à construire les forces du marxisme!